Historique

Histoire de l’Ostéopathie et la création de l’U.K.O.

 

Les Etats-Unis sont le berceau de l’Ostéopathie. Andrew Taylor Still en est son fondateur. La Médecine Ostéopathique a été introduite en Europe par une poignée d’étudiants.

Cette nouvelle approche médicale , issue du 19ème siècle, a été accueillie avec un grand enthousiasme au vu de ses résultats thérapeutiques et a ainsi gagné ses galons.

En témoigne le nombre croissant de patients qui se tournent vers l’Ostéopathie pour leur apporter un soulagement.

Suite à son succès, elle a tout d’abord été discréditée et qualifiée de « charlatanisme » par la Médecine allopathique classique dans la plupart de pays européens.

Mais à partir des années 80, le refus de sa reconnaissance a naturellement ouvert les portes à l’organisation de toutes sortes de formations pour l’exercice de cette profession et ceci en dehors du circuit légal reconnu.

 

A cette époque, le principal inconvénient était , qu’aucun organisme qualifié de neutre, tel que le gouvernement fédéral belge ne régissait les grandes trames de cette profession, comme la qualité des cours enseignés, la compétence et l’encadrement des enseignants, l’évaluation des connaissances des étudiants , la recherche scientifique, etc…

 

Au fil des années, ce manque de contrôle et d’organisation a laissé libre cours à l’émergence de plusieurs instituts de formation, créés par les diplômés eux- même.

Cette situation a finalement évolué vers la création d’une organisation faîtière aux mains de différents écoles.

Cette organisation a tout d’abord tenté d’élaborer les lignes directrices de l’exercice de la profession mais en a oublié l’aspect universel et démocratique et on en est venu à l’obligation de remettre pour les diplômés , son numéro INAMI d’agréation de kinésithérapeute et ainsi de renoncer à l’exercice de la profession de kinésithérapeute ; et ceci pour avoir la soi-disante « démarcation ».

 

La création de l’U.K.O.

 

L’obligation de se démarquer était pour nombres de thérapeutes , le fait de se tirer une balle dans le pied. C’est ainsi que naquit une nouvelle association professionnelle qui refusait  de se retrouver hors la Loi en pratiquant les deux disciplines. La reconnaissance par le Ministère de la Santé se fit le 3/11/2005 (publication au M.B. 9/12/2005).  L’Union des diplômés en Kinésithérapie et en Ostéopathie était actée !

 

Après une plainte, une concertation avec le Conseil intermutualiste a été organisée et leurs responsables ont constaté de fait, l’illégalité de l’obligation de « démarcation ».

Les critères précédents ont donc été adaptés et dès lors les conditions suivantes sont d’application depuis 2005 à savoir :

  1. Avoir soutenu un mémoire et être titulaire d’un diplôme de fin d’études en Ostéopathie reconnu par les Caisses d’Assurance maladie (Mutuelles)
  2. Avoir une assurance responsabilité civile professionnelle pendant toute la durée de son activité
  3. Les ostéopathes qui continuent à pratiquer la Kinésithérapie, signent une déclaration selon laquelle, ils ne factureront pas des prestations de Kinésithérapie avec leur numéro INAMI si le patient reçoit également une attestation de soins donnés d’Ostéopathie le même jour.

 

Actuellement, vous pouvez travailler en toute légalité à la fois sous votre numéro INAMI de Kinésithérapeute  et en tant qu’Ostéopathe D.O. avec les Caisses d’Assurance Maladie (Mutuelles).